Comment j'ai...

Comment j’ai… vendu ma pelouse au Real Madrid

Fondée en 2010, l’entreprise parisienne Natural Grass équipe aujourd’hui les clubs de football les plus prestigieux d’Europe comme le Real Madrid ou Arsenal. Son fondateur retrace le parcours de sa success story sur gazon.

De son propre aveu, Bertrand Picard n’a jamais eu la main verte. Ce qui ne l’empêche pas d’être aujourd’hui le producteur de gazons sportifs de référence dans toute l’Europe. En revanche, le jeune homme a toujours eu la fibre entrepreneuriale. “C’est une tradition familiale, depuis plusieurs générations”, précise-t-il. À la sortie de l’ESSEC, il travaille quelques années dans le conseil financier chez Rothschild & Co à Londres avec en tête la volonté d’entreprendre un jour. C’est finalement d’un des clients du cabinet que viendra la lumière. “Dans mon portefeuille, il y avait le club d’Arsenal, resitue Bertrand Picard. L’opportunité d’apporter des solutions innovantes pour les clubs sportifs s’est présentée. Je ne m’y connaissais que très peu en surface de jeu, mais j’ai identifié que la pelouse était véritablement centrale pour un club, notamment à travers trois enjeux : accroître la capacité d’utilisation des infrastructures, produire quelque chose de vertueux d’un point de vue environnemental et minimiser les risques de blessures des athlètes.”

Le Real Madrid de Zinedine Zidane est conquis

Ainsi est née Natural Grass, entreprise d’éco-innovation. Nous sommes en 2010, la mode est alors plutôt aux pelouses synthétiques à base de plastique. Ni très propres pour l’environnement, ni très saines pour les organismes. Avant de conquérir le marché européen, Bertrand Picard passe d’abord trois ans à ne faire que de la recherche, sans rien commercialiser ni même opérer une levée de fonds. “Nous sommes parvenus à développer une solution hybride de pelouse naturelle renforcée par des matériaux de synthèse, alliant les qualités environnementales et sportives d’un gazon classique et la résistance du synthétique”. Pour tenir financièrement, la société remporte des concours d’innovation et reçoit aides et subventions. Le premier club équipé est finalement celui de l’Espérance Sportive Troyes Aube Champagne en 2013. La suite ? La qualité de la pelouse du club de l’Aube est rapidement reconnue par la ligue française de football et attire des émissaires de divers mastodontes européens, curieux de découvrir ce produit innovant. Dont le graal pour tout fan de ballon rond : le Real Madrid. Bertrand Picard rencontre même Zinédine Zidane himself ‒ alors manager du club ‒ en vue d’un contrat pour les terrains du centre d’entraînement des Merengues. Une négociation gagnante puisque le géant espagnol fait aujourd’hui partie de la liste des références de Natural Grass au côtés de l’Olympique Lyonnais, Arsenal ou l’hippodrome de Longchamp, refait à neuf en 2018.

Reverdir la ville

Désormais, Natural Grass, qui fournit une cinquantaine de clubs sportifs à travers le monde, emploie une trentaine de personnes, compte des bureaux à Paris, Madrid et Alger, et enfin possède sa propre usine en Essonne. Dans les prochaines semaines, l’entreprise compte ouvrir de nouveaux bureaux en Angleterre et au Japon, où elle s’est déjà fait connaître l’an dernier en équipant des terrains de la coupe du monde de rugby. “Nous recrutons beaucoup, tant à des postes techniques que commerciaux”, assure l’entrepreneur qui nourrit une ambition : faire en sorte que la branche “aménagement paysager”, celle qui a la charge de reverdir les villes, atteigne 50 % du chiffre d’affaires de la société d’ici deux ans. Pour séduire les municipalités, la société compte s’appuyer sur sa dizaine de brevets, dont le dernier en date, un gazon à fort impact environnemental qui “diminue de 70 % la consommation d’eau”. Du vestiaire au bureau du maire, Bertrand Picard est à l’aise sur tous les terrains.

Natural Grass

Création : 2010

Siège social : Paris

Fondateur : Bertrand PICARD

Effectifs : 30

Clients : environ 50 clients du monde du sport