Visage d'entrepreneur

Mon père, mon logiciel et moi

Fondatrice de Capasoft, Laury Aidan s'est notamment appuyée sur les compétences et l'expérience de son père pour fonder et faire grandir cet éditeur de logiciels professionnels. Retour sur une belle histoire entrepreneuriale et familiale.

Deux camarades qui se rencontrent sur les bancs d’une grande école et qui décident de s’associer par amitié et désir d’aventure : c’est l’histoire classique de nombreuses jeunes sociétés du numérique. Rien à voir avec celle de Capasoft, entreprise d’édition de logiciels dédiés au développement commercial des entreprises des secteurs bureautique, téléphonie et informatique. Car au moment de voler de ses propres ailes après douze années de salariat, Laury Aidan, sa fondatrice, a préféré s’associer avec… son père. A l’origine du projet, un constat : ancienne commerciale chez un distributeur en systèmes d’impression, la future entrepreneuse déplorait l’absence d’un outil de prospection et de gestion client dédié à ce type de métiers. « J’ai alors demandé à mon père, qui est développeur, de me créer un outil susceptible de m’apporter plus de business. Il s’est amusé sur son temps libre le week-end » relate la jeune femme croisée sur un stand American Express. Très vite, le logiciel cartonne auprès de sa direction et de ses collaborateurs : Laury Aidan triple son chiffre d’affaires mensuel lors de la phase d’expérimentation. « Naturellement, je me suis interrogée… Est-ce qu’au final on ne tiendrait pas un filon entre mon expérience métier et ses compétences informatiques ? »

Un associé qui sait dire non

Nous sommes alors en 2017 et Capasoft connaît ses premiers balbutiements. Le paternel, fort de son passé d’entrepreneur en série, gère le développement informatique pendant que sa fille pousse ses idées, impose sa vision et assure le démarchage des clients. Sans oublier de prêter une écoute attentive à son associé pas comme les autres. « Jeune créatrice ambitieuse, la première chose dont je rêvais c’était de prendre de beaux et grands bureaux », raconte, avec malice, Laury Aidan. « En fait, c’était une erreur classique de débutant. Mon père m’a conseillé au contraire de ne pas engager de frais alors que la société venait d’être créée. Voir grand c’est bien, mais il est primordial d’opérer étape par étape. Avoir quelqu’un qui sait me dire non est une chance que beaucoup d’entrepreneurs n’ont pas. » Le duo démarre donc son activité dans une chambre de huit mètres carrés, seulement armé de laptops et d’un téléphone portable. Rien de plus. Une ambiance bien loin des locaux de 130 mètres carrés dont Capasoft bénéficie aujourd’hui. « Je garde un très bon souvenir de nos débuts. Lui développait sur une petite table, et moi j’étais assise sur le lit, avec l’ordinateur sur les genoux », se remémore la jeune femme, non sans un brin de nostalgie. « Aujourd’hui, grâce à nos premiers succès, nous avons la chance de travailler de façon plus confortable ». Deux années plus tard, Laury Aidan est en effet désormais à la tête d’une équipe de six personnes pour un chiffre d’affaires de 250 000 euros. Une belle histoire de famille, on le disait.

Vous aussi vous avez une histoire d’entrepreneur à raconter ? Contactez la rédaction de Meet Your Success.

Capasoft en bref

Création : 2017

Siège social : Noisy-le-grand

Fondateur : Laury AIDAN

Effectifs : 6

Chiffre d'affaires : 250 000€

Clients : environ 100 clients dans le domaine de la bureautique