Emmanuel Vitu
Visage d'entrepreneur

MyTree deviendra forêt

Ancien employé de la fonction publique, Emmanuel Vitu s’est lancé dans le grand bain de l’entrepreneuriat en 2014, en fondant une société à vocation sociale de reforestation. Pour ce passionné, plus qu'une entreprise, MyTree représente aujourd'hui un véritable projet de vie.

Il apporte une réponse aux incendies, aux tempêtes, aux maladies et plus généralement à tout ce qui impacte les bois et forêts. Comment ? Via la reforestation. À la tête de MyTree, Emmanuel Vitu peut s’enorgueillir d’aider à la plantation de 20 000 à 30 000 nouveaux arbres par an. “Au début, notre activité était principalement tournée vers l’international, dans des pays durement touchés par la déforestation, mais désormais, nous pilotons également des projets certifiés de reboisement et d’agroforesterie dans plusieurs régions françaises”, précise-t-il. Ancien employé de la fonction publique – il occupait un poste administratif dans une université – Emmanuel Vitu a rapidement ressenti le besoin de “faire quelque chose de plus utile, en lien avec mes aspirations”. Passé la trentaine, passionné d’écologie, il se renseigne sur le concept de reboisement, à la fois novateur mais encore à un stade embryonnaire. “À l’époque, la reforestation était surtout une affaire d’ONG. Il n’y avait que très peu d’entreprises concernées, fait-il remarquer. À l’heure de me reconvertir, je me suis posé la question du statut de mon projet, puis j’ai opté pour la flexibilité de la start-up.”

Un intermédiaire entre financeurs et planteurs

C’est ainsi que MyTree, qu’il fonde avec un associé, voit le jour en 2014. L’activité commerciale, elle, ne débute qu’en 2015, car “il restait de nombreux développements à mettre en place”. Dans les faits, MyTree joue l’intermédiaire entre les donneurs d’ordre, particuliers comme entreprises, souhaitant aider à la reforestation ou “parrainer” des arbres, et les porteurs de projets qui assurent la plantation et le suivi sur le terrain, essentiellement des ONG et des associations. Le modèle économique, c’est Emmanuel Vitu qui en parle le mieux : “lorsque des particuliers financent, 100% du montant est dédié à la plantation d’arbres. En revanche, nous prenons une commission sur les fonds provenant des entreprises. Comme il y a plus de volume, les tarifs sont plus abordables.”

Team Building à travers les bois

Soucieuses de montrer qu’elles sont préoccupées par les problématiques environnementales, les organisations n’hésitent en effet pas à financer la plantation d’arbres dans le cadre de leur politique RSE. D’autant que certains projets sont éligibles à la compensation carbone. “Contribuer à des projets de reforestation labellisés permet aux sociétés qui ont déjà entrepris une réduction de leurs émissions de CO2 de compenser ensuite celles qui ne peuvent pas être évitées”, détaille le jeune chef d’entreprise, qui a aussi ajouté une corde Team Building à son arc. L’idée, pour les clients qui souscrivent à cette offre auprès de MyTree, est de rassembler leurs collaborateurs sur le terrain pour aller très concrètement planter des arbres, pendant une journée. L’activité est encadrée par un expert forestier qui forme les salariés de l’entreprise aux techniques de plantation. “Cette partie représente 5 % du total de notre activité, mais nous comptons accélérer son développement”, assure Emmanuel Vitu. Chez MyTree, la graine est plantée. Ne reste plus qu’à être un peu patient pour en récolter les fruits.

MyTree

Création : 2014

Siège social : Paris

Fondateur : Emmanuel VITU

Domaine : entre 20 000 et 30 000 arbres plantés par an